Dans un long article, le quotidien économique, daté du 30 août, revient sur les récentes levées de fonds réalisées et les partenariats noués au cours de ces dernier mois. La filière suscite l’intérêt des acteurs financiers, mais aussi du public.

Article des Echos 'les premiers pas timides du rétrofit" du 30 août 2022
Ciquer pour lire l’article sur le site des Echos

Une période propice

Plusieurs sociétés, membres de l’association, ont pu lever des fonds et nouer des partenariats avec des poids lourds de la filière automobile ces derniers mois.
Noil, dédiée aux deux et trois roues, avait ouvert le bal avec une levée de fonds 1,5 millions d’euros (lire l’article) et un partenariat avec Feu Vert pour l’installation de kits pour les Solex, mobylettes et scooters.
Phoenix Mobility, spécialiste des VUL, après avoir levé 3 millions auprès d’Angelsquare, Meta Partners et BPI France a noué un partenariat avec Renault Group pour fournir 1000 kits à destination des Master, et ensuite de passer aux Trafic. Ceux-ci seront rétrofités dans l’usine de Flins. Julie Vatier, Directrice de l’Après-Vente chez Renault Group, souligne que : « le groupe souhaite explorer ce marché qui a un vrai sens et sans doute un gros potentiel ». (Lire l’article)
Arnaud Pigounides, dirigeant de REV, quant à lui, annonce boucler un tour de table de 10 millions d’euros dans les semaines à venir. L’objectif est de convertir 15 véhicules anciens, 15 véhicules utilitaires et 5 bus dans les quatre prochaines années.
Chez Transition One, Aymeric Libeau, co-président de l’association annone un tour de table en cours de finalisation pour un montant de 5 à 10 millions d’euros auprès d’investisseurs étrangers. Celui-ci devrait atteindre 20 à 25 millions dans les sept mois à venir.

Si les investissements ont été ralentis, voire bloqués, par la crise sanitaire et par la situation économique, les investisseurs s’intéressent de plus en plus à cette filière. BPI, révélant que leur intérêt est grandissant, organise avec AIRe un événement fin septembre réunissant une trentaine de fonds.

Des demandes pressantes du public

Tous les acteurs révèlent avoir d’innombrables demandes de devis. Avec un coût de transformation de 15 à 30 k€ (hors bonus et primes), selon le type de véhicules, ils sont moins chers qu’un véhicule électrique neuf, surtout si son propriétaire l’a équipé ou adapté à son activité professionnelle. Stéphane Wimez, co-président également de l’association, dirigeant de Méhari Club Cassis (R-Fit) confie que : « le trafic des sites internet de nos adhérents a explosé et que certains adhérents ont des milliers de demandes de devis ». Pour preuve, ce sont 150 2CV et camionnettes qui seront rétrofitées. Tandis que REV révèle 800 précommandes d’anciennes et 1500 utilitaires qui seront livrés en 2023, Aymeric Libeau annonce les premières livraisons de ses Fiat 500 et Renault Twingo, fin 2023 également.

D’autres adhérents sont également en cours de levées de fonds, et d’homologations de leurs véhicules. L’année 2023 devrait être une belle année pour le rétrofit !